Pour un réseau et des services plus en santé

Le Cégep de l’Outaouais demande quatre nouveaux programmes

Gatineau, le mercredi 9 mars 2022 – Le Cégep de l’Outaouais, avec l’appui de plusieurs acteurs clés de la région, dont France Bélisle (mairesse de Gatineau) et Josée Fillion (PDG du CISSS de l’Outaouais), dépose quatre demandes officielles au ministère de l’Enseignement supérieur afin de se voir octroyer des nouveaux programmes menant au DEC dans le secteur de la santé et des services sociaux : Technologie de radiodiagnostic,  Techniques de physiothérapie, Techniques de gestion et d’intervention en loisir et Techniques de travail social.

Limiter l’exode et répondre aux besoins actuels et futurs

Le Cégep de l’Outaouais et le Centre intégré de services sociaux de l’Outaouais desservent une population actuelle de 400 000 personnes, dont les perspectives de croissance démographique excèdent la moyenne provinciale. Cependant, l’exode étudiant vers des collèges ontariens, causé par un déficit de programmes techniques en Outaouais, et l’exode du personnel de la santé vers des centres hospitaliers ontariens minent notre capacité à desservir adéquatement la population Outaouaise. La construction d’un nouveau centre hospitalier augmentera encore plus la pression envers les besoins de main d’œuvre qualifiée dans la région au cours des prochaines années.

Pour M. Steve Brabant, directeur général du Cégep de l’Outaouais :

Le Cégep possède une expertise reconnue dans les domaines de la santé et des services sociaux, avec l’offre de huit programmes d’études et deux cliniques. En tant que seul cégep francophone de la région, notre établissement d’enseignement agit comme moteur du développement de la main d’œuvre et du capital humain dont l’Outaouais a besoin. Toutefois, pour remplir ce mandat, notre programmation et nos installations doivent évoluer et s’aligner avec les priorités du marché pour combler les pénuries dans la région. C’est pourquoi nous avons déposé ces nouvelles demandes d’autorisation de programme. Pour le programme de Technologie de radiodiagnostic par exemple, nous sommes optimistes, eu égard aux besoins criants en imagerie médicale dans nos hôpitaux de la région, que le gouvernement investira dans ce programme pour nous permettre d’accueillir nos premiers.ères étudiants.es dans un avenir rapproché.

Mme Josée Fillion, présidente-directrice générale du CISSSO abonde dans le même sens :

Le Cégep de l’Outaouais est un précieux partenaire depuis plusieurs années qui collabore avec nous dans le développement de nouveaux programmes visant à contrer la pénurie de main-d’œuvre du secteur de la santé et des services sociaux en Outaouais. Tout récemment, notre partenariat a permis de faire des avancées importantes au niveau du développement de nouveaux programmes dont la technologie de radiodiagnostic, la technologie de l’échographie médicale, les techniques de pharmacie et les techniques de physiothérapie. Par ailleurs, l’ouverture du Centre hospitalier affilié universitaire de l’Outaouais amènera une hausse importante des embauches et nous aurons besoin d’une main-d’œuvre qualifiée capable d’œuvrer dans différents secteurs. Le CISSS de l’Outaouais est heureux de pouvoir compter sur une institution d’enseignement engagée tel que le Cégep de l’Outaouais dans le développement de notre main-d’œuvre de demain.

Pour Mme France Bélisle, mairesse de Gatineau, cet enjeu interpelle grandement la ville :

En tant que quatrième plus grande ville au Québec, Gatineau fait face à de nombreux défis, incluant une pénurie de main-d’œuvre dans plusieurs secteurs. La diversification de l’offre de programmes postsecondaires et la rétention de notre population étudiante au Québec constituent des pistes de solution déterminantes. Pour cette raison, la Ville de Gatineau appuie la bonification des programmes postsecondaires offerts par le Cégep de l’Outaouais puisque cela nous permettra de contrer l’exode étudiant vers l’Ontario en plus de répondre aux besoins de plus en plus urgents de la Ville et de la grande région de l’Outaouais. À titre d’exemple, Gatineau s’est dotée d’infrastructures sportives de haut niveau, tel que le Centre sportif et le Centre Slush Puppie, et est l’hôte d’événements d’envergure. Les techniciens en gestion et intervention en loisir contribuent à la logistique des activités et l’utilisation efficiente des lieux, mais l’embauche des gradués doit se faire à l’extérieur de notre région, car le Cégep de l’Outaouais n’offre pas ce programme essentiel pour faciliter l’accès des citoyens de notre ville aux loisirs, au sport et au plein air.

Avec la recommandation favorable émise par la Direction régionale de Services Québec pour les professions issues de ces formations, combinée aux appuis de supplémentaires du Ministère de la Santé et des Service Sociaux (MSSS), de partenaires régionaux (Table Éducation Outaouais et UQO) et d’ordres professionnels, le Cégep de l’Outaouais considère que la conjoncture est propice à l’obtention de ces programmes pour le développement de notre région et compte sur les approbations du gouvernement pour soutenir le développement du capital humain et l’essor socioéconomique et de notre région.

-30-

cst-footer